Les biostimulants : contexte réglementaire...

20 Sep 2016 par

Jusqu’à présent, le contexte règlementaire pour la mise en marché des produits biostimulants manquait de clarté et d’homogénéité au sein de l’Union européenne. Récemment, une nouvelle proposition de réglementation des produits fertilisants, incluant officiellement les biostimulants, en les intégrant au paquet sur l’économie circulaire, a été adoptée et devrait clarifier la situation dans les années à venir.       Contexte réglementaire au niveau national Il n’y a pas en France de norme générique pour mettre en marché les biostimulants. Cependant, les biostimulants peuvent être mis en marché en mélange avec des supports de culture (norme NF U44-551/A4) ou avec d’autres matières fertilisantes (norme NF U44-204). Une méthode CEB (Commission des essais biologiques) est en cours de rédaction, conjointement par des membres du groupe de travail sur les biostimulants de la CEB et le...

en savoir +

Les biostimulants : définition, mode d’action et marché...

20 Sep 2016 par

Dans le contexte actuel de réduction des intrants agricoles, les biostimulants sont en plein développement car ils apparaissent comme un moyen réaliste d’atteindre les objectifs fixés en maintenant une bonne qualité de production. En effet, ils aident les plantes à exprimer tout leur potentiel, à mieux exploiter les ressources présentes dans leur environnement et à mieux résister aux contraintes pédoclimatiques.     Qu’est-ce qu’un biostimulant ?   Les premiers à s’être intéressés aux biostimulants ont été les producteurs de cultures spécialisées. Cet intérêt est maintenant répandu et de nouveaux produits se développent pour toutes les cultures. Le mot biostimulant regroupe des notions ou revendications telles que fortifiants, activateurs, antistress ou phytostimulant*. Selon l’EBIC et l’AFAIA, deux associations de professionnels du domaine, « les biostimulants se définissent comme des substances et/ou des micro-organismes dont la...

en savoir +

Le profil sensoriel : un outil précieux...

8 Août 2016 par

Le profil sensoriel ? Utilisé dans de nombreux secteurs (agro-alimentaire, viticulture, automobile, cosmétique, …), cet outil permet de comparer les produits sur des critères objectifs tel que l’intensité du goût sucré. Dans un précédent billet, je présentais l’analyse sensorielle appliquée aux fruits et légumes. Le profil sensoriel est une des techniques utilisées. Focus sur celle-ci !       A quoi sert le profil sensoriel ?   Le profil sensoriel permet d’établir une description complète des propriétés sensorielles d’un ensemble de produits sur le plan qualitatif et quantitatif. On obtient des cartes d’identité précises de chaque produit basées sur les moyennes d’un jury de dégustateurs. En comparant les profils sensoriels de ces produits, on peut identifier les caractéristiques sur lesquelles ils se ressemblent et se distinguent. Cette technique peut être utilisée pour répondre à...

en savoir +

Innovation : soyez « Open » !...

20 Juil 2016 par

Innovation ouverte, open innovation, innovation partagée… autant de termes pour désigner ce modèle d’innovation importé des États-Unis et basé sur les notions de partage et de collaboration. Mais attention, cela ne signifie pas pour autant l’abandon de toute politique de propriété intellectuelle, bien au contraire ! Les entreprises françaises, encouragées par les dispositifs d’Etat, s’engagent aujourd’hui massivement dans cette voie. Introduction à ce mode de fonctionnement !   Le concept d’innovation ouverte   Le terme d’open innovation, a été introduit en 2003 par Henry Chesbrough, professeur à l’université américaine de Berkeley*. Il s’agit d’un mode d’innovation basé sur le partage et la coopération. Ce modèle est très souvent opposé à celui de l’innovation fermée, privilégiant le secret industriel et de fabrication. Être dans une démarche d’innovation ouverte pour une entreprise c’est : faire appel à des...

en savoir +

EUVRIN, une meilleure coordination de la R&D européenne sur les légumes...

13 Juin 2016 par

Les questions de recherche qui se posent aux filières agricoles sont rarement circonscrites à un périmètre national. La résolution efficiente de ces questions passe donc par la capacité des filières et de leurs entreprises à s’interconnecter à l’échelle internationale. De plus, les financements publics nationaux de la recherche se raréfiant, il devient incontournable de s’organiser à l’échelle européenne. La filière légumière, à l’initiative notamment de l’AREFLH et de FRESHFEL, a répondu à ce besoin en lançant EUVRIN, European Vegetable Research and Innovation Network. Objectifs : une collaboration plus étroite des acteurs de la recherche et un poids plus important auprès des instances bruxelloises.     Un modèle lancé il y a presque 25 ans par la filière fruits…   En 1993, un collectif européen rassemblant des départements universitaires et des instituts spécialisés dans la...

en savoir +

Les cultures intermédiaires, un intérêt grandissant...

24 Mai 2016 par

Les cultures intermédiaires sont des cultures implantées lors de la période d’inter-culture. Parmi elles, les Cultures Intermédiaires Pièges A Nitrate (CIPAN), rendues obligatoires en 2012, permettent de lutter contre le lessivage des nitrates dans les sols. Des études sont en cours pour promouvoir l’utilisation des cultures intermédiaires et tester leurs capacités de lutte contre des bioagresseurs ou adventices par compétition, piégeage et production de molécules biocides. Parmi les utilisations possibles des cultures intermédiaires, la technique de biofumigation, qui consiste à enfouir une culture, utilise les effets allélopathiques de certaines molécules pour lutter contre les bioagresseurs du sol et les adventices. Plusieurs familles végétales comme les Brassicacées et les Poacées sont à l’étude pour leurs vertus en biofumigation.   Qu’est-ce qu’une culture intermédiaire ? Une culture intermédiaire, ou couvert végétal, est une culture conduite entre...

en savoir +

Métagénomique : la face cachée de l’iceberg microbien...

11 Mai 2016 par

  Notre connaissance actuelle de la diversité des micro-organismes est très limitée et peut être comparée à la face visible d’un iceberg soit… 10% de la réalité ! Depuis quelques années, le développement des outils de séquençage et l’approche de métagénomique permet d’accéder à la partie immergée de l’iceberg et de faire évoluer nos connaissances en écologie microbienne.   La métagénomique, ou génomique environnementale, est une science qui a pour but d’étudier des microbiomes, c’est-à-dire l’ensemble des génomes de tous les micro organismes (bactéries, levures, moisissures) prélevés dans un environnement, grâce aux nouvelles méthodes de séquençage de l’ADN à haut, voire très haut débit. L’un des avantages de l’étude par métagénomique est qu’elle permet de s’affranchir de l’étape préalable de culture sur milieu de laboratoire, et donc d’avoir accès à des micro organismes non...

en savoir +

L’hybridation entre espèces : pas si simple !...

19 Avr 2016 par

Certains courants de pensée actuels accusent les « hybrides » de tous les maux, et notamment de stérilité, mais le mécanisme d’hybridation joue un grand rôle dans l’évolution des espèces. Si la fraise, le colza ou le blé sont des exemples d’hybrides interspécifiques apparus spontanément, de nombreux autres hybrides intra ou interspécifiques ont été créés par l’homme, depuis le dix-huitième siècle.     Dans ce billet, je vais vous parler plus spécifiquement d’hybridation interspécifique. Celle-ci permet d’augmenter la diversité génétique de l’espèce cultivée soit par la création de nouvelles espèces végétales (ce qui est moins courant, mais parfois amusant), soit par l’introgression de gènes d’intérêt : résistances aux maladies ou au froid, systèmes de stérilité mâle etc. (voir le livre de Claire Doré et co-auteurs pour des exemples). Mais comment cela se passe-t-il ? La...

en savoir +

Agile, vous avez dit agile ?

21 Mar 2016 par

En matière de projet ou de management, le concept d’agilité est largement diffusé, promu et décrit sur la toile. L’approche agile consiste à mettre en avant le produit au cœur du projet, en y intégrant plus étroitement l’humain et l’aptitude au changement, le tout dans une démarche itérative. Mais, cette approche initialement adaptée par et pour les développeurs de logiciels, est-elle transférable à tous types de projets ou modes de management ?     Agilité, une philosophie L’agilité se définit avant toute chose comme un « état d’esprit », reposant sur un ensemble de méthodes dites agiles. En gestion de projet, le principe fondamental consiste à impliquer le client, ou l’utilisateur final, du début à la fin du projet via un processus incrémental et cyclique. En matière de management, l’agilité met en œuvre une...

en savoir +

Protéines du futur : protéines végétales ?...

7 Mar 2016 par

Conséquence de l’augmentation de la population et de l’évolution des régimes alimentaires, la FAO¹ estime à 40% la hausse de la demande mondiale en protéines d’ici 2030. L’utilisation de nouvelles sources de protéines végétales serait un bon moyen de répondre à ces augmentations en complément des protéines animales. Cependant, il existe certaines barrières à leur développement d’un point de vue de la production (rendement par rapport à d’autres cultures,…) mais aussi de la consommation. Ainsi, il est important de lever certains verrous afin d’augmenter l’acceptabilité des protéines végétales dans les pays développés.   Le constat actuel et les projections futures :   Les nutritionnistes recommandent d’équilibrer l’alimentation avec 50% de protéines animales et 50 % de protéines végétales. Actuellement, cette répartition varie beaucoup d’un pays à un autre. En effet, alors que la consommation...

en savoir +

ACT FOOD BRETAGNE : l’alliance des centres techniques est lancée !...

8 Fév 2016 par

  Nous vous l’annoncions en janvier 2015 dans notre blog : les cinq centres techniques agricoles et agro-alimentaires de Bretagne avaient décidé de se fédérer, pour renforcer leurs synergies, et mieux servir les entreprises du secteur. C’est aujourd’hui chose faite.       Filières agricoles et alimentaire : plus que jamais besoin d’être soutenues   Dans un contexte agricole difficile, l’objectif de cette alliance est de participer aux efforts pour le renouveau de ces filières, et de contribuer à faire de la Bretagne un leader européen de l’innovation et de la valeur ajoutée dans l’alimentaire. Les centres techniques travaillent main dans la main pour une meilleure organisation de l’innovation, afin de créer davantage de valeur ajoutée. Complémentaires, ces cinq centres et leurs partenaires couvrent l’ensemble des filières agricoles, aquacoles et agro-alimentaires de Bretagne.  ...

en savoir +

Xylella fastidiosa : la lutte se met en place...

21 Jan 2016 par

Xylella fastidiosa, qui ne connait pas le nom de cette bactérie tristement célèbre pour être « la bactérie tueuse d’arbres » ? Cette bactérie polyphage est capable de s’attaquer à plus de 300 espèces végétales dont des espèces pérennes d’importance économique comme la vigne ou l’olivier. Après l’Amérique du Nord, du Sud, et l’Asie, Xylella est arrivée en Europe en 2013 et en France en 2015.   A l’heure actuelle, la destruction des arbres touchés et la lutte contre les insectes qui la véhiculent de plantes en plantes sont les seuls outils pour limiter sa prolifération. Aucune méthode curative ni produit de protection n’existent pour lutter contre cette maladie.   Au vu des pertes économiques et de la menace qu’elle confère des programmes français et européens se mettent en place, afin de mieux comprendre...

en savoir +

Meilleurs vœux 2016 !

4 Jan 2016 par

Vegenov vous souhaite une heureuse année 2016 ! Que celle-ci rime avec innovation, prospérité et réussite. Merci de l’intérêt que vous portez à notre blog ! Nous sommes toujours aussi enthousiastes à l’idée de vous faire partager actualités et connaissances scientifiques du domaine du végétal ! Un des objectifs 2016, continuer à vous informer en restant au plus proche de vos besoins. L’équipe Vegenov   Pour visionner notre carte de vœux électronique merci de cliquer ici  ...

en savoir +

Du verre aux glaçons : un cocktail de solutions pour conserver des ressources génétiques...

14 Déc 2015 par

Dans un précédent billet, nous avions vu comment les outils de culture in vitro de végétaux, couramment utilisés chez les espèces d’intérêt agronomique, peuvent apporter des solutions à la conservation des espèces sauvages menacées (voir billet Des plantes en couveuse : une contribution des biotechnologies végétales au sauvetage d’espèces disparues). Revenons maintenant sur la problématique de conservation du matériel végétal en cours de sélection. Là encore, la culture in vitro peut apporter une aide précieuse.   La conservation de matériel végétal en cours de sélection peut s’avérer complexe selon la biologie de l’espèce travaillée et le niveau d’avancement du programme de sélection. Lorsque le matériel n’est pas fixé génétiquement ou que la réalisation d’autofécondations pour son maintien d’une génération à l’autre sous forme de graines est difficile (problèmes de fertilité, graines peu viables etc.),...

en savoir +

(2) Les usages orphelins, un tunnel dont on ne voit pas encore la sortie...

18 Nov 2015 par

Reprenons la problématique des usages orphelins là où nous l’avions laissée, c’est-à-dire à la recherche de solutions ! En effet, les pouvoirs publics ont conscience de l’importance de limiter au maximum le nombre d’usages orphelins. Ces dernières années, des solutions réglementaires et organisationnelles ont été mises en place, mais il reste encore beaucoup à faire !       Quels moyens pour y remédier ?   Pour limiter le nombre d’usages orphelins, des dispositifs réglementaires et opérationnels ont été mis en place tant au niveau national qu’européen.   Au niveau réglementaire, la « reconnaissance mutuelle » des produits phytosanitaires a été mise en place par le règlement 1107-2009. Cette procédure permet à un Etat Membre dans lequel une culture est mineure, de « reconnaître » la validité d’un dossier d’homologation existant dans un autre...

en savoir +

(1) Les usages orphelins, un tunnel dont on ne voit pas encore la sortie...

26 Oct 2015 par

Difficile d’estimer le nombre exact de problématiques phytosanitaires ne disposant pas de solution efficace et durable en Europe… Cependant, selon un rapport de la commission européenne paru en 2014, plus de 1400 usages non pourvus auraient été référencés ! Dans ce premier volet, zoomons sur cette problématique qui a pris de l’ampleur ces dernières décennies et dont les impacts sont forts à tous les niveaux (économie, santé, environnement…). Dans un deuxième volet, nous nous focaliserons sur les solutions mises en place pour y remédier.   Usages mineurs, usages orphelins, de quoi parle-t-on ?   En protection des cultures, un usage correspond à « l’emploi auquel est destinée une préparation phytopharmaceutique, généralement constitué d’un couple « plante – organisme nuisible » et complété éventuellement par des précisions sur le mode ou le champ d’application » (Index...

en savoir +