« Aide à l’innovation, du millefeuille à la brioche »

C’est sous ce titre un brin provocateur que le directeur général du Cetim (Centre Technique des Industries Mécaniques) a publié une tribune dans Le Monde. Il rappelle que l’innovation et la recherche sont deux processus différents. L’innovation se construit sur le terrain, au contact des PME. Or les ressources publiques des Critt & CRT au niveau régional, et des Centres techniques nationaux s’amenuisent alors qu’ils sont les outils incontournables d’une innovation efficace.

Philippe Choderlos de Laclos, Directeur général du Cetim, rappelle, comme nous l’avons fait dans d’autres billets de ce blog*, que « recherche et innovation sont des processus très différents, tant par les qualités humaines requises que par le rapport au temps et à l’économie. » « A la recherche, la découverte de nouveaux champs du possible, à l’innovation, l’intuition puis l’élaboration de produits et de services à la rencontre du marché, la création de valeur économique et donc la création d’emploi. »

Prenant exemple sur le domaine d’activité du centre qu’il dirige, il nous indique que 80 % du chiffre d’affaires (110 milliards d’€, dont 50 % à l’export) et des emplois (600 000 salariés) du secteur manufacturier proviennent des PME. Des ratios voisins se retrouvent dans d’autres secteurs industriels.

« Les acteurs spécialisés à l’aide aux PME doivent être des structures de proximité, capables d’apporter le bouquet technologique adapté à chaque projet, puis d’accompagner l’entreprise », ajoute-t-il. Puis : « Ils existent déjà, surtout n’inventons pas de nouveaux dispositifs ! C’est le rôle tenu en région par les Critt et les Centres de ressources technologiques (CRT) et, au niveau national, par les Centres techniques industriels tout particulièrement ».

Depuis 15 ans, pendant que notre pays consentait un effort croissant à sa recherche, les ressources des Critt et CRT se réduisaient jusqu’à entraîner la disparition de certains d’entre eux.

Au passage, le directeur du Cetim égratigne le schéma collaboratif « sans retombées directes », institutionnalisé par l’avènement des pôles de compétitivité, pour lui préférer ce que j’appellerais le modèle historique auquel sont rompus les centres techniques : « le projet d’entreprise d’application soutenu par un ou deux acteurs technologiques », porteur de développement à court terme.

Pour finir, Philippe Choderlos de Laclos propose une piste d’évolution très pertinente, pour les écosystèmes de l’innovation. « L’innovation se joue au plus près de l’entreprise (…), mais la technologie se construit de plus en plus à un niveau national et international. » Pour apporter le meilleur service aux PME, il faut donc organiser la jonction entre la proximité du terrain et l’excellence technologique, par une fédération des acteurs.

C’est ce que fait le Cetim, centre technique national, dans son secteur d’activité, en signant des accords de partenariat avec quatre CRT de taille suffisante (plus de 25 personnes) et dix instituts de recherche, français et étrangers. C’est aussi ce que font les Critt et CRT de Bretagne, qui fonctionnent en réseau depuis plus de 20 ans, échangent leurs bonnes pratiques d’organisation et de gestion, maillent l’ensemble du territoire régional pour un service de proximité et développent des domaines d’excellence différenciés, y compris en se ressourçant au contact des organismes de recherche et des grands instituts techniques nationaux.

Quel que soit le domaine d’activité, les problématiques de recherche technologique et d’innovation sont identiques et, y compris à ce niveau organisationnel, les transferts de technologie ont tout leur sens !

Conclusion savoureuse de cette chronique : « Nous connaissons bien le millefeuille institutionnel. Privé de la crème budgétaire, sa pâte feuilletée risque de devenir une pâte brisée ! Optons vite pour la pâte briochée, dans laquelle des acteurs véritablement fédérés (et non un vague réseau de plus !) feront lever l’innovation. »

 

La tribune du Monde :

Aide à l’innovation, du millefeuille à la brioche – Philippe Choderlos de Laclos (Directeur général du Centre technique des industries mécaniques (Cetim)) – LE MONDE – 11.07.2013

*A Lire également :

De la nécessité de distinguer R&D et Innovation

« Centres d’innovation technologique : sauvons la recherche … technologique ! »

 

 
Crédit Photo : Kleingebäck – © photocrew – Fotolia.com
Download PDF
Serge Mabeau
Votre contact : Serge Mabeau
Directeur de Vegenov Des végétaux marins aux végétaux terrestres, 30 ans d'expérience en recherche appliquée et surtout en centre technique : CNRS, Ifremer, Céva, Vegenov. Une forte implication dans le développement économique et l'innovation (agence de développement, pôles de compétitivité…)