L’Ange et l’Entrepreneur

La presse évoque parfois à la rubrique économique, le projet d’un entrepreneur soutenu par un Business Angel. Mais, qui se cache derrière cette dénomination d’investisseur providentiel ? Quand et comment fait-il son apparition ?

Le phénomène des Business Angels a pris un essor tout particulier à partir de 1958 aux Etats-Unis sous l’impulsion du Small Business Investment Act. La France compterait à ce jour environ 7 000 Business Angels (dont 5 000 en réseaux), contre environ 40 000 au Royaume-Uni et 500 000 aux Etats-Unis. Leurs investissements s’échelonnent entre 5 000 et 500 000 € par an, dans des secteurs d’activité en adéquation avec leur expérience professionnelle.

Une intervention à un stade précoce…mais pas que

Potentiellement, les Business Angels peuvent intervenir à tout stade de développement d’une entreprise, d’un projet. Toutefois, leur intervention s’opère le plus souvent en phase d’amorçage, à un stade précoce de la création ou d’activité. Leur investissement est crucial car il se situe entre les fonds d’amorçage publics mobilisables en amont et le soutien aval des acteurs du capital risque ou capital développement. Ils sont donc tout particulièrement attendus par les porteurs de projets lors de cette étape charnière où le risque est maximal.

 

Chaine de financement

 

Communément, les Business Angels investissent dans une entreprise « innovante à potentiel ». Le terme innovant s’entendant ici dans le sens « ce qui est nouveau par rapport à l’existant » sans avoir nécessairement un caractère technologique. D’ailleurs, l’investissement des Business Angels s’effectuerait majoritairement dans des domaines novateurs sans innovation technologique. Le caractère novateur du projet, son potentiel de croissance avéré ainsi que la personnalité de l’entrepreneur sont les critères essentiels qui président au choix du Business Angel.

Moins habituel, il est à souligner que certains réseaux de Business Angels apprécient aussi d’être sollicités lors des phases plus aval d’un projet, où l’apport de leur expertise sera autant apprécié que leur soutien financier en complément des fonds existant à ces stades.

L’aventure entrepreneuriale, la passion du Business Angel

angel funding euroLe Business Angel est lui-même, le plus souvent, un entrepreneur convaincu, un créateur d’entreprise parfois « récidiviste » ou un cadre supérieur. Il dispose d’un patrimoine personnel qu’il souhaite investir dans une entreprise, un projet. Outre un soutien financier et un investissement de temps, le Business Angel met également à disposition de l’entrepreneur ses compétences, tant techniques que de gestionnaire, son expertise, ses conseils ainsi que ses réseaux relationnels forgés au cours de sa carrière professionnelle.

La motivation d’un Business Angel repose sur un juste équilibre entre le goût de l’aventure entrepreneuriale et l’espoir de donner une plus-value à son capital. Le législateur a d’ailleurs pris en compte le risque très élevé de perte de capital pour un Business Angel en lui permettant de bénéficier d’incitations fiscales (dispositif « Avantage Madelin » et loi TEPA.

Un effet démultiplié en réseau

Hand and word Angel. Isolated on white backgroundLes Business Angels œuvrent le plus souvent au sein de réseaux géographiques (contribuant ainsi à la dynamique économique de leur territoire), thématiques (réunissant au niveau national les acteurs d’un même domaine sectoriel) ou bien affinitaire (d’anciens de grandes écoles, de femmes…).

 

En réseau, les Business Angels peuvent ainsi :

  • Partager et mutualiser leurs expériences ;
  • Investir dans des projets originaux, atypiques ou d’un budget plus conséquent, tout en partageant le risque lié à ce type de dossier ;
  • Répartir leur investissement sur plusieurs projets, et donc réduire le risque individuel.

Une organisation structurée

En France, les réseaux de Business Angels sont des organisations formalisées juridiquement soit en association, soit en société d’investissement de Business Angels (SIBA), soit sous une forme mixte « association & SIBA ». France Angels, la fédération française des réseaux de Business Angels, comptait, en 2013, quelques 84 réseaux membres, soit près de 4 500 adhérents dont 1 400 en Île-de-France. Les membres de France Angels sont soumis à un Code de Déontologie et une Charte de bonnes pratiques communes.

Pour illustration, en Bretagne, il existe 4 réseaux de Business Angels : Logoden Participation (Rennes), Octave (Lorient), Armor Angels (Saint-Brieuc) et Finistère Angels (Brest).

 

Pour en savoir plus :

France Angels : http://www.franceangels.org

Télécharger le Code de Déontologie des Membres de France Angels

Télécharger la fiche des réseaux de Business Angels en Bretagne

 

 

Crédits Photos : Angel Investor Word Cloud : © Marco Rullkötter – Fotolia.com ; angel funding euro : © Scott Maxwell – Fotolia.com ; Hand and word Angel. Isolated on white background : © white_bcgrd – Fotolia.com
Download PDF
Christophe Bazinet
Votre contact : Christophe Bazinet
Conseiller innovation Biotechnologue & Innov'Acteur ! De 6 années d'expérience sur les semences artificielles et la culture végétale en bioréacteur (CNRS (LTE-UTC), Inra, Ecole Polytechnique de Montréal) à 16 années d'accompagnement de l'innovation dans les PME, un seul moteur : la passion au service des projets.